Comment le violon de Cauca est devenu de façon inattendue partie intégrante des traditions Afro-colombiennes ?

Le Cauca n’est sûrement pas le département le plus connu de Colombie surtout lorsque l’on connait le rayonnement culturel de Cundinamarca (Bogota), Antioquia (Medellin) ou Valle Del Cauca (Cali). Mais, nous avons une bonne raison d’en parler aujourd’hui grâce à une vidéo que nous venons de découvrir sur les réseaux sociaux.

Il s’agit d’un reportage ou d’un « document publicitaire » réalisé par Petronio En Clave. On y découvre un violon, originaire de Cauca apporté en Colombie par les Espagnols mais devenu de façon inattendue partie intégrante des traditions Afro-colombiennes.

Yiovani Mina Patiño de la ville de Santander de Quilichao raconte l’histoire de cet instrument :

« Pendant l’époque de l’esclavage, dans les fermes où nous travaillions, le violon européen était très présent.  Quand les patrons étaient en train de fêter, on profitait de l’occasion pour regarder par les fenêtres et écouter leurs mélodies. Donc, on a décidé de récupérer cet instrument en utilisant du bambou à la place du bois. Par ce qu’on est un peu plus religieux, on a décidé d’utiliser ce violon pour jouer notre propre musique : Bunde, Fuga (juga) et Torbellino.

Ces violons sont faits de bambous qu’on coupe quand la lune est décroissante. On choisit les bambous les plus mûrs et les plus gros disponibles. Après, on les laisse sécher pendant quelques temps avant de commencer la fabrication de l’instrument.

Ce violon nous sert souvent à dédier nos cantiques à l’enfant Jésus, à Joseph et à la vierge Marie. Ils parlent de tout ce qui est lié à la naissance de Jésus.

Je voulais conserver cette tradition parce que nos violonistes sont tous déjà très âgés. Souvent, ils meurent sans nous avoir transmis leur connaissance. On doit la récupérer et la reconstruire dès le début et faire un plan de préservation.  Aujourd’hui nous devons tout faire et laisser une trace pour le futur ».