Un photographe a capturé le rituel de l’une des communautés les plus recluses du monde