Découvrez 5 documentaires indés sur le lycée, réalisés par des lycéens

Internet est lieu de tout, du meilleur comme du pire. Il représente pour chacun ce qu’on y fait. Pour nous, c’est surtout le lieu de belles découvertes parce qu’au détour d’une vidéo, d’une recherche ou d’une suggestion Youtube, on peut tomber sur de petites pépites comme ces cinq documentaires que nous avons décidé de vous faire découvrir.

Cette fois-ci nous mettons l’accent que les années lycée, celles qui sont qualifiées par beaucoup comme étant les plus troubles de notre existence.

 

1- Dirty Girls : Sales et puants, le style grunge vu par les ados en 1996

Etre la tête de turque de sa classe est l’une des choses les plus difficiles à vivre surtout pour des ados en quête d’identité. C’est ce que qui est arrivé à un groupe de fille de ce lycée américain dans ce documentaire réalisé par un un jeune homme de 18 ans du nom de Michael Lucid.

Alors que le style grunge est aujourd’hui synonyme de coolitude extrême, les adolescents qui étaient les premiers à embrasser le style vestimentaire étaient sujets aux moqueries de la part de leurs camarades. On les disait sales, puants et infréquentables. Comme de nombreux marginaux, ils étaient juste en avance sur leur temps.

 

    

 

2- Iron Mic – Eli Porter : Un des freestyles les plus créatifs ou…ratés pour certains!

Sur cette vidéo qui n’est pas vraiment un documentaire, il est question de rap, de battle et de freestyle. En 2003, dans le cadre d’un programme artistique lancé par leur école, de jeunes américains lancent l’Iron Mic ouvert à tous les élèves : Vous savez rapper, vous faites un battle en trois manches et vous passez à l’étape suivante.

Ce qui nous a marqué, le génie d’Elie Porter. Je vois déjà certains revenir sur le fait qu’il paraisse malade qui fausse notre jugement…mais soyons objectif, il est très fort.

Quand on compare la qualité du texte, le flow, il n’y a pas photo même si c’est Envy qui a remporté ce battle sur le score de 2-1. Concernant la longue pause très bizarre, les avis sont partagés. Pour certains, c’est un trait de génie qui contextualise les paroles de son texte, pour les autres, un bug impardonnable. A vous de juger.

Découvrez le texte de son freestyle après la vidéo.

     

Le Texte du freestyle

Yo, I got one question man, tell me who next,
This nigga salt like the nigga done get it the best,
See I’m the best maaaayne, I did it.

(Très longue pause)

Yeah, I’m a let you know who the best, by the hour,
He’s like Rosie O’Donnell at a bisexual bridal shower,
It ain’t nothing to me man, I keep it fo’ real,
Look at his dental man, with… dent on the grill,
See, I’m the best, I told you that, this dude like that,
He ran then from the cat, no, I messed up,
But I’m a stay on top they told me man,

But you know man, I’m never gon’ flop, look at this dude,
He need to stay in the shade, ain’t no wonder why he came out,
He already in the gay parade, I told you man, I got you,
Roasted like ever you dont know, but my rhymes,
They straight up clever, so you step down, off the pedastle.
I’m the best mayne, you need to go.. to the fuckin’ dental.
I said “friggin,” yo.

 

3- 1984- 1985 Fashion : Que représente la mode pour toi?

On reste dans les lycées américains avec ce petit documentaire de 7 minutes et on s’intéresse cette fois-ci à la mode, à ce qu’elle représentait pour ces ados des années 80. Comme ceux d’aujourd’hui, il semblerait qu’elle représente une forme d’expression, un outil pour se distinguer ou un symbole d’appartenance à une communauté.

 

   

 

4- Skate Witches : Une bande de fille qui terrorise les mecs

Bienvenue dans le milieu des skates où les mecs font la loi…pas dans Skate Witches. Dans ce docu-fiction réalisé en 1986 qui est désormais disponible sur Netflix, on suit un gang de fille skaters qui terrorise les mecs dans la ville. L’expression est désormais utilisé pour tous les groupes de fille skaters ayant un niveau supérieur ou égal aux hommes.

     

 

5- Japanese Girl Chase

Oui cette vidéo est une publicité pour une boisson, oui il est nullement question de subculture ici mais nous avions envie de vous la faire découvrir lorsqu’on ne sommes tombés dessus. On aime son côté Do It Yourself, proche de la réalité qui vous file des frissons.