The Town I Live In : Quand des galeries d’art décident de s’installer dans un quartier pauvre de L.A

Boyle Heights est un quartier latino-américain qui se trouve à l’est du centre-ville de Los Angeles. Près de trois personnes sur dix y vivent en dessous du seuil de pauvreté. Quand un certain nombre de galeries d’art détenus en large majorité par des blancs ont commencé à ouvrir dans le coin, les habitants du quartier ont vu arriver une nouvelle population. Des locataires plus aisés qui ont bien sûr entraînés l’augmentation du prix des loyers, un phénomène de gentrification que connaissent de nombreuses villes dans le monde mais qui a du mal à passer à Boyle Heights. The Town I Live In nous plonge dans un type de confrontation qui se déroule un peu partout dans le monde.

De nombreux jeunes, activistes et artistes du quartier ont décidé de se faire entendre en protestant agressivement et bruyamment. Guadalupe Rosales – artiste à succès et native de Boyle Heigh – a décidé quant à elle de s’y prendre autrement pour préserver l’histoire et la culture de son quartier. Grâce à un mini-documentaire de dix minutes intitulé The Town I Live In, co-réalisé avec Matt Wolf, Guadalupe examine le sujet épineux de la gentrification sans recourir à des conclusions trop faciles. Découvrez-le ci-dessous :

S'inscrire

S'inscrire à notre newsletter

En cochant cette case, vous confirmez que vous avez lu et accepté nos conditions d\'utilisation concernant le stockage des données soumises via ce formulaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*